Le frère de l’Ami donne une soirée et nous sommes invités. Nous sommes 7 en tout. C’est une agréable soirée comme nous avons l’habitude de passer ici. Le frère et ses amis se couchent rapidement. Nous finissons par monter nous aussi et nous installer dans la chambre. Les hommes gonflent les matelas et nous nous installons. Nous parlons pas mal jusqu’à ce que mon Chéri fasse déraper la conversation sur la . Les hommes me taquinent et en réclame. Nous partons dans un jeu de « t’as que d’la gueule ! ». Les 2 hommes m’attaquent et me voilà toute intimide alors que je sais pertinemment que je n’ai PAS que de la gueule. Ils ne sont pas peu fiers de ma gène et mes rougeurs font rire. Ils me taquineront un bon moment la dessus. Pendant ce temps, des caresses discrètes se déroulent. Mes pieds frôlent doucement ces mâles faisant parfois de long mouvement sur leurs jambes. Une main qui se balade sur mon bras tend à faire le tour de mon sein. Je me fais discrète et ne parle pas en me disant que je ne veux pas couper ces caresses. C’est maintenant 2 mains qui s’appliquent sur ma poitrine accompagnée très rapidement de 2 bouches. Les mains descendent et entament des caresses sur mon corps retardant le contact avec mon entre. Mes pieds leur tendent une invitation en se plaçant chacun sur leur tibia afin de les remonter. Mes jambes désormais écartées viennent trouver repos sur les leurs.

 

Les mains des deux hommes s’entrechoquent, ils ne savaient pas qu’ils exerçaient tout deux des caresses. Mon Chéri, toujours aussi généreux laisse le terrain à l’Ami avec humour et reprend place sur le sein qui déjà le réclamait. La main descend tout doucement. C’est l’une de mes lèvres qui sera caressé en premier. Cette douceur m’envahie et conduit ma main vers le de mon Chéri. L’Ami ne tarde pas à descendre pour rejoindre la source de mon fluide. Il joue avec mes lèvres et mon clitoris. Il y a du monde à côté, je dois être discrète mais la qualité de ce cadeau m’en empêche. Je suis allongée entre deux matelas et quelques coups de langue bien placés font que ma tête s’enfonce et touche le sol. Mon dos se cambre assez régulièrement en arrière. Une main tenant le de mon Homme, l’autre tenant la tête de notre Ami et mon corps caressé m’enivre. Mon Chéri lèche l’un de mes seins et pince le téton de l’autre, je suis aux anges. A un moment, la main de l’Ami se faufile vers l’un des seins temporairement délaissé pour le malaxer à pleine main, j’adore ! Je sens ses doigt à l’entrée de mon vagin : zone très sensible pour moi. Ils me pénètrent ensuite et parfois m’effleurent. Mon bassin suit ses mouvements afin de les rendre + profond. Ses doigts se tendent en moi et leurs bases me frôlent se qui ne me laisse pas indifférente.

 

Alors qu’il revient vers nous, je me penche vers mon Chéri qui me stop : « Non, fais-lui ». Mon Chéri connaît mes désirs et me donne un petit coup de pouce. J’ai tellement peur de me louper. Seulement mon envie dépasse cette crainte et je me lance. Je descends le corps de ce partenaire et me place devant son membre désiré. Je l’attrape et mon nez remonte sa verge me familiarisant ainsi à son odeur. Ma langue maintenant monte, descend, fait le tour… Le gland est à peine dévoilé par mes doigts qu’il disparaît entre mes lèvres. Ma langue s’allonge alors pour le caresser dans ma bouche. J’entame ensuite quelques vas et viens tout doucement pendant un instant puis l’englouti. Il m’a plusieurs fois avoué être envoûté par les fellations à gorge profonde alors je m’applique du mieux que je peux. Mon Chéri s’est placé derrière moi et je l’aide à s’insérer. Ses mains se posent sur mes hanches et son corps cogne contre mes fesses. Ma langue continue ses caresses et de temps à autre fait quelques tours rapides autour du gland. La respiration vite accompagnée de gémissements dénoncent que ça lui plait. Je me sens parfaitement à l’aise et prend beaucoup de plaisir à cette fellation. Suivant ses réactions et mes envies, j’alterne mes caresses : le tour du gland, la caresse du frein, la butée de la verge au fond de ma gorge.

 

Mon Chéri est sorti de moi et ses doigts sur ma fente remplacent son sexe. Il m’arrache aussitôt un râle et je sors le membre de ma bouche de peur de le blesser. Il s’applique a merveille et je me rend compte que je ne peux plus effectuer ma fellation dans ces conditions ; alors j’entame une . Je ne sais pas exactement ce que mon Chéri ma fait mais il vient de provoquer un second râle ce qui me fait serrer la main et gémir l’Ami. Belle réaction en chaîne.

 

Je place ma main à la base du sexe et recommence mes caresses buccales. C’est alors que l’Ami entame ses propre va et vient. L’une de ses mains est sur ma tête, l’autre ma poitrine. J’ai un instant de doute : est-ce par manque de plaisir qu’il éprouve le besoin de me contrôler ? C’est alors que je me souviens de sa préférence dominatrice et de ce fait, ma préférence soumise. Dans ces conditions, je n’ai qu’à réguler la pression de ma main et de mes lèvres. Pressions qui augmentent involontairement parfois grâce à mon Chéri qui me procure toujours cette agréable masturbation. J’entends des gémissements et une respiration forte. Savoir que mes caresses en sont à l’origine me procure un bien fou et ceci atteindra le sommet lorsque je sentirais ce fluide chaud et délicieux dans ma bouche. Depuis le temps que je voulais le goûter ! Je n’en laisserais échapper aucune goutte et me reposera quelques seconde après l’explosion baladant son gland autour de mes lèvres. Nous avons beaucoup reparlé de ce moment. Le fait que j’obéisse aisément à ses mouvements la étonné, ainsi que mon endurance et le résultat obtenu.

 

Ceci ma terriblement excité et je saute sur mon Chéri pour le chevaucher. Ses coups de rein long et fort me saccade la respiration. Il me prend un petit moment avant de me dire « Et moi alors, tu me suce pas ? ». A vos ordres mon Amour, je descend et attrape ce sexe qui lui je connais très bien. Je le prend en bouche et commence de très petits va et vient sur son gland puis l’englouti totalement. Les va et vient sont long, j’essaie de le prendre au plus profond possible. J’ai du mal à aller aussi loin qu’avec l’Ami car mon Chéri a un sexe et plus particulièrement un gland plus gros, plus large. Ma main le masturbe doucement quelques seconde puis plus fort. Je sais qu’il aime puisque c’est lui qui ma appris à faire cela et ses gémissements me le confirment. En même temps, ma langue pointue fait de rapide mouvements de droite à gauche sur son frein. Je sais très bien ce qu’il te faut mon Chéri et je m’applique pour te le donner. Je reprends la masturbation et ma langue vient cogner son gland à chacun de mes mouvements avant que mes lèvres l’attrape. Pour calmer quelques temps ses ardeurs, je lèche ses testicules et l’une de mes mains les caresses à l’arrière. Je désire tant le boire, est-ce de l’égoïsme que vouloir écourter ces caresses pour mon but ? Peut-être pas finalement car il me semble que nous avons le même but. La masturbation continue. Elle est rapide, elle est serrée, je le tiens. Je suis à l’écoute de sa respiration et estime sa satisfaction. J’approche alors ma bouche et l’aspire recueillant peu de temps après le fruit de notre plaisir. Je le bois, aspire une dernière fois puis le nettoie.

 

Je l’embrasse et me couche entre ces 2hommes.



Surprise, ce n’est pas terminé. Le premier des 2 a repris sa forme et me propose une suite que je m’empresse d’accepter. Le missionnaire débute corps contre corps. Mes mains caresseront son cou lorsqu’il se relèvera. Mes jambes se relèvent pour mieux savourer cette pénétration. Son corps en sueur se donnera jusqu’à la fatigue.

 

Un baiser pour mon Chéri, chacun s’installent près à dormir.

Laissez un commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.

« »