J’ai eu une journée assez chargée aujourd’hui. Des dossiers à traiter que mon patron me délègue, des coups de fil avec des clients plus que chiants et pour conclure, ma collègue Véronique qui me fait du rentre dedans.

Pour vous mettre dans le contexte, Véronique est et elle assume totalement son amour pour les femmes. Elle pense que les hommes n’ont rien à lui offrir et que seule une femme sait faire jouir vraiment une femme. Moi je pense qu’une femme ne remplacera jamais le d’un homme.

Voilà que je m’écarte de ce que je voulais vous raconter. Il ne faut pas que je me laisse distraire car je suis encore toute nue et je sors d’un moment chaud de et c’est de ça que je veux vous parler.

En rentrant du bureau ce soir, je me sers un verre pour souffler un peu. J’enlève mes chaussures et je m’allonge sur le canapé. J’ai mal au pied et je ferai n’importe quoi pour un petit massage de la voute plantaire.

Personne pour me satisfaire de ce côté-là comme d’un autre, je vais dans la salle de bain et fait couler l’eau de la douche. Je vais chercher mon téléphone car mon patron peut encore m’appeler à tout moment pour les dossiers. Je me déshabille et je  reviens dans la salle de bain qui est plongé dans le brouillard.

Il fait très chaud. Je me jette sous l’eau bouillante, le jet faisant rougir ma peau. Le téléphone sonne ! Je sors rapido de la douche et décroche sans regarder le numéro qui s’affiche. Véronique ? Je pensais que c’étais le patron qui avait besoin de moi. Elle me raconte qu’elle est encore au bureau et qu’elle n’arrive pas à s’en sortir sur un de ses dossiers et me demande de l’aide. Je lui dis que j’étais sous la douche et que je la rappelle dans quelques minutes le temps de me mettre quelque chose sur le dos. Elle me demande de ne pas raccrocher et je sens le ton de sa voix qui change.

Elle continue de me parler de son dossier mais ses phrases sont espacées, sa respiration se fait lourde. Après lui avoir donné quelques infos je lui demande si elle a encore besoin de moi et elle me dit plus que jamais. Elle m’avoue qu’elle est en train de m’imaginer nu dans ma salle de bain et qu’elle se caresse. Sur ces paroles, je compris tout de suite pourquoi elle avait changé d’habitude. Je me sens alors un peu vexée mais en même temps excitée sans savoir pourquoi. Véronique ne m’a jamais attirée, tout comme les femmes.

Je suis bouche bai et je la laisse parler. Elle me décrit chacune de ses mouvements, elle me décrit son sexe dans tous les détails et moi sans même m’en apercevoir j’ai la main sur mn sexe, le doigt sur le clito et je me caresse comme guidé par ce qu’elle me dit.

Elle a compris par mon silence et ma respiration que ma gêne s’était transformée en excitation. Elle en profite alors pour se caresser plus fort et moi aussi. Je me laisse faire, je me laisse guider par ma collègue, celle que je côtoie tous les jours et que je n’ai jamais désirée.

J’ai maintenant deux doigts en moi, mon autre main caresse mes seins et je suis assise sur le carrelage de la salle de bain.

Au bout de quelques minutes Véronique et moi jouissons. C’est la première fois que j’ai ce sentiment d’excitation et de jouissance. Je n’avais jamais fait l’amour au téléphone et ma première fois est avec une femme.

Un peu honteuse, j’ai raccroché après avoir jouis. Je ne sais pas comment je vais vivre la journée de demain quand mon regard croisera le sein. Je sais qu’elle sera être discrète et que cette histoire restera entre nous car je ne souhaite pas aller plus loin car j’aime les hommes et je ne veux pas m’en priver.

Laissez un commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.

« »