Il est 20h30 passé et tu rentre de ton fitness. Tu m’embrasses et tu te sauves dans la salle de bain prendre un douche. En attendant, je prépare notre diner et je laisse mes pensées s’évader. Je t’imagine sous la douche, sous ce jet d’eau chaude, tes mains couvert de mousse caressant ton corps. J’entends l’eau de la douche couler et plus de l’entends, plus mon esprit s’échauffe.

 

J’éteins la cuisinière pour que rien ne brule et je sors de la cuisine et me dirige vers la chambre. Je me déshabille et je me retrouve nu, le fièrement dressé par mes folles pensées. J’approche de la salle de bain, j’ouvre doucement la porte et j’entends de doux gémissement. Tu ne m’a pas entendu ouvrir la porte, tu ne sais pas que je suis là, tu es trop concentrée sur tes caresses.

 

Je décide de ne pas avancer plus, je ne veux pas que tu t’aperçoives que je suis là. Je ne te vois pas au travers du rideau de douche mais je t’imagine très bien une main écartant tes petites lèvres et l’autre caressant ton petit clito.

 

D’un coup, tu t’arrêtes et coupe l’eau de la douche. Vite, il faut que je referme la porte. Je m’empresse d’aller dans la chambre et je m’allonge sur le lit et je continu de me caresser. Tu arrives une serviette autour de la taille et tu me vois là sur notre lit, la queue entre les mains et là tu me dis :

 

– Ô j’adore te voir te caresser !

 

Tu laisse tomber ta serviette. Tu te rapproches de moi, tu montes sur le lit en plaçant tes jambes de part et d’autre de mon corps.

 

– Regarde comme je suis mouillée, j’étais en train de me caresser sous la douche et j’avais justement envie de ta langue sur ma chatte.

 

Là tu te baisses et tu viens te mettre au dessus de ma tête. Mes mains viennent se placer sur tes fesses, je les caresses, je les malaxe, je les aime ! Je guide ton corps pour que ma langue arrive à la hauteur de ton petit bourgeon. Je le lèche tendrement, je sens ta sève couler sous la douceur de ma langue. Je glisse un doigt entre tes fesses et je longue ton petit trou pour venir jusqu’à l’entrée de ta chatte. Je l’enfonce tout doucement et je commence un petit va et vient qui t’arrache un petit cri. Un deuxième doigt, puis un troisième, ton corps ondule sous ma langue et mes doigts.

 

– Arrêtes, je veux faire durer le plaisir. Donne-moi ta queue, je veux ta queue !

 

Tu te relève et tu viens entre mes jambes. Tu places une main sur mon ventre et l’autre sur mon sexe. Tu lèche mon gland du bout de la langue, tu dépose un léger baiser dessus tout en me regardant d’un air si coquins que j’en perds la tête.

 

– Hummmm j’adore quand tu me suces mon amour

– Hummmm j’adore te sucer

 

Tu m’avales, tu me lèches, tu m’aspires, j’ai le corps qui devient raide lorsque j’ai cette forte sensation qui me parcourt puis un grand frisson me parcours le corps au moment ou je reprends mes esprits.

 

– Arrête toi, je ne tiens plus, tu me fais trop de bien ! Je te veux maintenant !

 

Tu te place à côté de moi et tu me présentes tes fesses, tu es à quatre pates. Je me place derrière toi, j’embrasse tes fesses et je les agrippe et les écartes. Je prends mon sexe et je me place à l’entré de ton intimité bine mouillé. Je m’enfonce d’un coup ce qui à pour effet de nous arracher un gémissement mutuel.

 

Mes vas et vient son lents mais directs et forts. Mes mains écartent tes fesses et la vue de ton petit cul m’excite encore plus. Si seulement tu pouvais voir ma queue lorsqu’elle te prend, c’est si fort et si doux à la fois. J’agrippe maintenant tes hanches et mes coups de queue sont de plus en plus forts.

 

– Oh oui, plus fort, baise moi fort !

 

J’accélère, je te prends encore plus fort. On est sur un nuage, notre petit nuage.

 

Je me retire et tu te retourne. Tu te mets sur le ventre les jambes écartées. Je viens et m’enfonce en toi. Tu replis les jambes, tu lèves les fesses en prenant appui sur tes épaules et je te tiens par les hanches. Tous les deux savons qu’on ne va pas tarder dans cette position. Tu peux sentir chaque centimètre de ma queue glisser entres les lèvres de ta chatte et moi je sens mon gland buter au fond de ton vagin.

 

– Plus fort, encore, ne t’arrête pas, je vais jouir !!!

 

Rien à entendre tes mots, je sais que je vais jouir aussi. J’accélère le rythme, je te baise plus fort et ton corps se dresse, tu ne tiens plus en place, nous jouissons tous les deux très fort. Nos corps en nages, je me couche pour me lover contre toi et te glisser un tendre « Je t’Aime » au creux de l’oreille.

Laissez un commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.

« »