Clic clac…

 

« Zut ! Elle ne marche pas. »

 

Clic ! Clac !

 

« Non, rien à faire… »

 

Pff ! Foutu grenier ! Il va encore falloir des jours pour le vider… Je regarde de nouveau la montre à gousset qui vraisemblablement devait appartenir à mon arrière grand père. J’ai beau la retourner dans tous les sens, rien ne se passe. Impossible de la faire marcher. Tant pis. Machinalement je la met dans ma poche et continue ce stupide déménagement.

 

Je suis crevé ! On a passé 3 jours à déménager cette saloperie de grenier. Fatigué, je me laisse tomber sur le lit, mais quelque chose me gêne dans ma poche. C’est la montre de mon arrière grand père. Je la sors de ma poche et la regarde. Elle est vraiment belle.

 

Clic ! Clac ! Dommage qu’elle ne fonctionne pas.

 

Peut-être que ma mère sait comment la faire marcher.

 

« Mamaaaaaaaaaaaaaaaaaaan ! »

 

Pas de réponse.

 

Je dévale les escaliers à toute allure et je vois ma mère occupé à faire le diner. Elle ne bouge pas.

 

« Maman, regarde ce que j’ai trouvé. »

 

Pas de réponse. Je la secoue, elle ne bouge pas. Mais que se passe-t-il?

 

« Maman, tu vas bien? Hé ho ! »

 

Je la secoue. Toujours rien. Pourtant elle tient debout et me regarde d’un air vide. Je ne comprends pas.

 

Je la secoue plus fort, lui donne des petites tapes et sans le faire exprès… Clic ! Clac ! Je pousse sur le bouton de la montre. Ma mère cligne des yeux et dit: « Mais, qu’y a-t-il ?
-heu non rien. »

 

Pas possible. Serait-ce la montre qui… ? Il faut que j’en ai le cœur net. Je cours dehors, une voiture devant moi passe et… Clic ! Clac ! La voiture se fige se fige sous mes yeux. Les gens ne bougent plus dans la rue, il ne se passe rien. Même le vent semble avoir arrêté de souffler. Moi je peux marcher librement. Je frappe dans une poubelle, elle est expulsée. Je lève le bras d’un passant, il reste dans cette position. Géant !! Clic ! Clac ! Les voitures se remettent à bouger, le passant avec le bras en l’air le redescend comme si c’était tout à fait normal et continue son chemin.

 

Nouvelle expérience. Clic ! Clac ! Je m’approche d’un voisin. Un imbécile profond d’ailleurs. Je lui décroche une magnifique droite dans l’estomac. Il se plie en deux sous le choc. Je recule et Clic ! Clac ! Mon voisin se tord de douleur. Ainsi donc on ressent quand même les choses.

 

Je pense que je vais bien m’amuser!!!

 

Interro d’histoire, c’est le moment, c’est l’instant. Je lis les questions et j’attends la fin du temps imparti. Clic ! Clac ! Plus personne ne bouge. Je passe ma main devant les yeux du prof, il ne bouge pas. Parfait ! Tranquillement, je sors mon cours de mon sac, recopie les bonnes réponses et Clic ! Clac ! Voilà ! Ni vu, ni connu, je t’embrouille.

 

Bon, maintenant tous en cours de gym ! Je n’ai vraiment pas envie de courir… En plus, je ne suis pas très fort mais cette fois ci je vais gagner. Je cours et beaucoup de monde me rattrape. Clic ! Clac ! Je dépasse tout le monde et Clic ! Clac ! Me voilà premier. Facile ! Tous le monde à la douche ! Tiens, ça me donne une idée.

 

Tous le monde se déshabille dans le vestiaire. Clic ! Clac ! Voilà, tous mes amis sont là, nus devant moi. Ils regardent dans le vide, quelqu’un est même dans une position qu’il ne pourrait pas tenir si le temps avait cours. Voir tous ces gens nus juste sous mes yeux m’excite pas mal, je ne pense pas être gay, mais j’ai toujours eu envie de tester. Je prend le d’un de mes camarades en main et le masturbe. Très vite sa bite entre en érection. Timidement, je la suce. J’avais jamais fait ça avant. Au bout d’un moment, le long de mon camarade crache d’épais jet de sperme que je laisse tomber sur le sol. C’était drôle. Mais en fait, les filles sont en face …

 

Qui n’a jamais rêvé d’être nu dans le vestiaire des filles? A combien de personne est-ce réellement arrivé? A moi oui ! Elles étaient toutes là, sous la douche, l’eau en suspension dans l’air. La plupart d’entre elles, avaient leurs sexes tout rasés. La fille que personne n’aime dans la classe, celle dont tous le monde se moque, celle qui s’habille toujours avec les vêtements de sa grande sœur complètement démodés était là, complètement nue, le sexe épilé. En fait, elle était vraiment bien foutue. De gros seins fermes, un corps de rêve. Je m approche d’elle et lui entre doucement un doigt dans la chatte, et entame une série de va-et-vient. Très vite elle s’humidifie. Ma langue va se glisser dans sa fente. Le goût est assez plaisant, quoi que surprenant. En tout cas, elle est déjà lavée. Mes doigts vont et viennent dans son vagin trempé de plaisir, mon autre main va rejoindre son anus suivie de ma langue. Je fouille dans le sac des filles pour y trouver deux brosses à cheveux. J’insère la première dans l’anus de ma compagne malgré elle et met la deuxième dans le mien. Je meurs d’envie de la pénétrer mais si elle est vierge que va-t-il se passer lorsque je repousserai sur la montre ? Elle va saigner abondamment et elle va être terriblement mal à l’aise. Je me place donc derrière elle et la sodomise. Très vite j’éjacule et me répand dans son cul dans un râle de plaisir. Content de moi, je met du sperme sur mes doigts et fait le trou de la bouche de toutes les filles du vestiaire. Et si j allais faire un tour ailleurs maintenant ?

 

 

 

Laissez un commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.

« »