Enfin les vacances, j’en avais marre des cours. Mes parents et moi partons en vacance dans le sud de la France. Un petit hôtel charmant, entouré d’une forêt est inscrit sur la brochure. J’adore faire de longues ballades, seule avec la nature.

 

Le premier jour, sans même défaire ma valise ou plutôt en laissant cet ennuyeux travail à ma mère. Je passe une tenue qui convient mieux au climat local. ( J’habite en Belgique et quand nous somme partis, il pleuvait). Un mini short et une petite blouse font bien l’affaire.

 

– Ne pars pas trop longtemps Catherine dit ma mère.
– Non non lui répondis je.

 

Ni une ni deux, me voila dans les sentiers tracés pour les touristes dans le bois. Je croise beaucoup de monde, tous me disent bonjour, me sourient et sont très courtois.

 

Sur le chemin, il y a trop de monde. c’est agaçant avec ces endroits à touriste. Toujours beaucoup de personne, pas moyen d’être seule avec la nature. Je quitte donc les sentiers, voilà enfin le calme des bois. Personne pour jeter des crasses. Il y a même des bâtiments en ruine, surement un ancien poste de chasse. je m’approche et j’entends deux voix de garçon. Flute même ici je suis pas tranquille.

 

– A ton tour ! Branle-moi.

 

J’ai bien entendu ce que j ai entendu. Curieuse et excitée par la situation, je me glisse jusqu’au bâtiment de bois et continue à écouter.

 

Doucement je m’approche et je me cache derrière les buissons. Par la fenêtre, je vois deux jeunes adolescents qui s’amusent. Les yeux rivés sur un magasine que je suppose cochon, ils sont nus et se masturbent mutuellement. L’un est plutôt grand pour son âge, roux et plutôt maigre. L’autre brun et plus petit mais tout aussi maigre. Tout deux sont assez bien membrés pour leur âge. La situation est amusante mais excitante en même temps.

 

Le roux prend un dé et le lance:

 

-Pair, à toi de me donner un gage.
– Suce-moi !

 

Sans rouspéter, le garçon s’agenouille et prend la queue de son ami dans la bouche. Il s’applique et à plusieurs reprise fait une gorge profonde à son compagnon. Après quelques secondes, il se relève et relance les dés.

 

Moi, je ne perds pas une miette de ce spectacle. Je déboutonne mon mini short et mes doigts partent à la recherche de mon clitoris.

 

– Impair, à mon tour. Tu vas me sucer mais avec les objets.

 

Je ne comprends pas trop ce qu’il veut dire et n’allais pas tarder à comprendre. Le garçon se dirige vers un coin de la pièce et enlève une pierre du mur. Il prend un sachet et replace la brique. Il en ressort divers objets. Je distingue brosses à dents, brosse à cheveux, bouteille d’huile d’olive, lime à métaux et divers objets de différentes tailles mais sans rapport.

 

Il les pose sur la table et les enduits d’huile d’olive, je commence à comprendre. Il se place alors devant son ami et prend son en bouche. De l’autre main, il prend une brosse à dent et l’enfonce dans l’anus de son camarade. Elle rentre toute seule, il faut dire qu’elle doit faire moins d’un cm de diamètre. Ensuite tout en continuant à le sucer, il rentre le manche d’un tourne vis, le retire puis prend un objet plus gros. Jusqu’à arriver à un manche de bèche taillé en ogive, un peu plus gros que le d’un homme. De sa main libre, le garçon se masturbe.

 

Quand à moi, mon mini short est sur mes genoux, je rentre mes doigts dans ma chatte trempée de plaisir. Je titille mon clitoris mais ne veut pas jouir tout de suite, pas avant d’avoir vu la fin du spectacle.

 

Le garçon sodomisé par ces engins pousse un râle, il éjacule dans la bouche de son camarade. Celui-ci visiblement habitué ne se retire pas et avale tout le nectar de son ami. Il se place ensuite derrière lui et commence à le sodomiser, tous les deux ont l’air de prendre leur pied.

 

Celui qui vient d’éjaculer à de nouveaux une érection et se masturbe en se faisant sodomiser. Au bout de quelques secondes, il se retire retourne son ami qui se met à genoux devant lui la bouche ouverte. Il éjacule sur son visage en visant sa bouche. Ce qui ne tombe pas directement dans la bouche est léché par son propriétaire. Pendant ce temps, l’autre garçon éjacule pour la deuxième fois dans de longs jets sur la table.

 

J’entends des bruits d’eau, ils lavent surement leurs jouets sexuels.

 

– A ce soir Adrien. 22h ça te va ?
– A ce soir Vincent. Oui sans soucis, j’essayerai de prendre le de ma sœur comme la dernière fois. Elle a dit que je pouvais le prendre mais que je devais le remettre à sa place.

 

Et ils s’éloignent chacun dans une direction opposée. Je n’y tiens plus, je rentre dans la cabane et enlève mon short. Je me masturbe comme une folle. Je vais vers la pierre où sont cachés les godes improvisés et je prends le plus gros. Il vient d’être lavé et sens bon.

 

Je l’enfonce doucement dans mon minou, il rentre tout seul tellement je suis excitée. J’en attrape un autre et l’enfonce dans mon cul. Sur la table, il y a toujours le sperme d’Adrien, je le lèche avidement.

 

Cette fois là, je jouis une, deux, trois, quatre fois… Je ne me rappelle plus mais ce fut divin. Sentir ces objets en moi en sachant qu’ils étaient entrés dans le cul de ces deux garçons.

 

Ce soir, je serai là au rendez vous…

 

 

 

Laissez un commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.

« »