Nous sommes en l’an 3007, l’homme a fini par trouver le moyen de voyager dans l’espace. C’est ainsi que je me retrouve sur la méga station de Neptune dans le secteur universitaire où je venais d’arriver. Je me dirigeais vers ma chambre, quand je vis cette superbe étudiante. Elle était assez grande d’environ 60-70kg, chatain, vêtue d’une fine combinaison blanche en dentelle collant sur sa peau tout en laissant apparaître par endroit des petites parties de son corps. Je pouvais distinguer ses sous-vetements de même couleur. Elle se retourna et je pus enfin voir ses yeux d’un vert éclatant et envoutant. Nos regards se croisèrent et elle me sourit que je rendis aussitôt avant de continuer mon chemin. Je me rendis compte après que la plupart des étudiantes portaient le même genre de combinaison mais de couleurs différentes ainsi que le tissu. Les étudiants étaient vêtus d’une veste et d’un pantalon transparent montrant leurs torses et les jambes mais ils avaient divers sous vetements pour cacher leurs anatomies. Je compris alors que j’avais eu droit à un sourire de moquerie vu que je portais une veste en jean, une chemise blanche, un pantalon légèrement troué. Je suis enfin arrivé dans ma chambre, je décidais de manger et de me reposer un peu à cause du voyage. Lorsque je me réveillais, j’allais dans le couloir qui était devenu désert et les lumières des couloirs éteintes. Je regardais par la fenêtre où je vis la structure de la station jusqu’au moment où j’entendis des bruits de pas et une voix féminine qui disait « à demain, les filles ». C’est alors que je la revis, celle qui m’avait légèrement envouté.

 

Elle s’arreta devant moi et me sourit à nouveau. Je me perdis dans son regard qui était encore plus magnifique que tout à l’heure.

 

-Tu es nouveau? me demanda-t-elle.
-Oui, ça se voit autant, répondis-je en souriant.
-Ben, c’est rare de voir de tels vêtements ici. Tu es d’où?
-De la Terre.
-La chance, moi, je suis née ici et j’aimerais bien voyager.

 

C’est alors qu’elle se colla à moi pour voir ce que je regardais par la fenêtre. Je pouvais sentir son agréable parfum et mon coeur commença à battre un peu plus vite ainsi que mon désir pour elle. Nos regards se croisèrent à nouveau, j’étais de nouveau charmé. Ma main se posa dans son dos et mes lèvres rejoingnirent les siennes pour un baiser tendre et doux qu’elle ne refusa pas. A peine nos bouches se séparèrent qu’elle m’embrassa plus intensément puis elle me tira le bras pour que je la suive. Après quelques virages dans les couloirs, elle ouvrit une porte qui devait être son appartement. Je fermais la porte derrière moi que j’embrassais fougueusement celle qui m’avait emmené ici. Je sentis ses doigts me caresser mon torse à travers le tissu de ma chemise qu’elle commença à déboutonner. Pendant ce temps, nos baisers devinrent plus ardents et nos langues se croisèrent, se caressèrent et se tortillèrent. Je quittais ses lèvres douces et chaudes pour déposer délicatement des petits baisers sur son cou tandis qu’elle en profita pour m’attrapper l’oreille. Mes mains caressèrent son dos et enlevèrent cette combinaison qui m’empêchais de toucher à sa peau divine. Ma veste et ma chemise tombèrent par terre, elle parcourut mon torse doucement de ses doigts délicats puis mon dos pour descendre à l’interieur de mon pantalon. Elle caressa cette bosse de désir qui s’était formée à l’interieur de mon boxer et qui se sentait un peu à l’étroit. Je la réembrassais passionnément en réussisant enfin à retirer cette combinaison. Elle s’écarta un peu et je pouvais voir le corps divin de cette jolie sirène. Pendant qu’elle retirait son soutien gorge, j’enlevais mon pantalon.

 

-N’enlève plus rien s’il te plait, dit-elle en m’embrassant délicatement.
-Pas de problème.
-Je vais te montrer des options de cet apppart, souriait-elle puis avec un léger ton autoritaire, gravité zéro et fenêtre panoramique.

 

Une immense fenêtre se laissa apparaître où l’on pouvait découvrir un petit morceau de la planète Neptune et des milliers d’étoiles qu’on voyait à l’infini. Son baiser intense me fit tomber avec elle et je remarquais que nous flottions à présent dans cette grande pièce. Elle descendit à présent jusqu’en dessous du ventre où elle pouvait voir cette bosse qui avait encore augmenté depuis ses caresses et demandant qu’à sortir. Elle décida de faire durer un peu mon supplice car elle déposa sa bouche sur mon encore prisonnier et je me mordis les lèvres de cette attente insoutenable. Elle remarqua mon geste d’impatience et m’envoya un sourire joueuse. Nous avions à présent la tête en toujours en apesanteur. Elle enleva à moitié ce trésor qu’elle convoitait puis sa main prit la partie qui s’évadait de cette faible prison pour laisser apparaître mon gland.

 
Ma main allait caresser ses cheveux doux pendant que je sentis sa langue faire l’exploration de ce fruit gorgée de plaisir. Ma respiration s’accelera de plus en plus vite. Je sentis ses lèvres qui m’enveloppèrent où elle continua cette délicieuse torture puis elle s’arrêta délicatement et remit mon sexe dans sa cellule. Elle remonta pour m’embrasser à nouveau où j’y mettais beaucoup d’intensité du à l’excitation de ce supplice. Je pouvais sentir les seins sur mon torse et ses tetons étaient durs ce qui me donna plus d’ouvrage dans ce baiser où elle fut surprise de voir que j’avais autant énergie en stock. Sa main rentra à l’interieur de mon boxer pour empoigner mon membre toujours en pleine érection malgré l’interruption. Elle fit de léger va-et-vient et nos langues qui se croisaient, m’ensorcelèrent encore plus dans ce désir commun. Mon coeur battait de plus en plus vite et ma respiration également. Mes mains parcouraient l’ensemble de son dos et de ses fesses tandis que les siennes enlevèrent enfin mon boxer où j’étais vraiment à l’étroit.

 

TO BE CONTINUED

 

 

 

 

2 commentaires pour “En apesenteur”

  1. Hummm une autre vision du mot Space Sexy 😉

    A quand la suite? :p

  2. […] Ce texte est la suite de En apesenteur 1ère Partie […]

Laissez un commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.

« »