Nous venons de passer le week-end chez nos amis dans le centre de la France, en cette soirée d’hiver la nuit est déjà tombée alors que nous prenons la route. Nous avons prêt de trois heures de voyage pour rentrer chez nous.

 

Au bout de quelques minutes, je m’aperçois que tu t’es assoupie. Le long bandeau noir de bitume, cet autoroute qui nous ramène chez nous, me semble sans fin. Alors que mon esprit se détache de cette route, ma main vagabonde sur ta cuisse délicatement. Mes pensées sont ailleurs, sentir ton corps sous mes doigts me fait oublier le trajet qui nous reste.
Il y a bien une heure que tu t’es endormie, ma main est restée posée sur ta cuisse tout ce temps. C’est au moment où tu poses ta main sur la mienne que je m’aperçois que tu es réveillé. Je tourne la tête et devant moi ton si beau sourire et tes yeux si profonds me rappellent la chance que j’ai d’être avec toi. Délicatement, tu approches tes lèvres de ma joue et tu  y dépose un doux baiser.

 

– Je t’aime mon ange !

 
Tu me souris, tu approches ma main de ta bouche, et au bout de chaque doigt tu y déposes un baiser. Tu reposes ma main sur ta cuisse mais tu commences à l’entraîner bien plus bas jusqu’à atteindre le bas de ta jupe. Mes doigts parcourent l’intérieur de ton genou, puis délicatement commence à remonter le long de ta cuisse. Ma main caressa dans un sens puis dans l’autre tes cuisses sans jamais s’approcher de ton intimité.

 
Lorsque elle se rapproche de celle-ci, je perçois un frémissement de ton corps signe que tu espères plus d’audace de ma part. Je me décide à venir caresser la dentelle de tes dessous. Je pose mon doigt au niveau de tes lèvres que je flatte à travers le tissu. Ceci provoque en toi de petits mouvements du bassin. Difficilement j’arrive à glisser ma main dans ton Shorty. Tu essayes de te redresser pour me permettre un meilleur accès. Mon majeur vient parcourir tes lèvres alors que de la paume de ma main je frotte cette zone où se cachent ton petit bouton. Mon doigt remontant vers ce lieu, fait apparaître cette fleur si sensible. Pendant un instant tu te dégages de ma main pour réussir à enlever ton Shorty. Après quelques contorsions tu y arrives enfin. Tu remontes au maximum ta jupe et tu déposes ton pied droit au-dessus de la boîte à gants pour me permettre une vue merveilleuse sur ton intimité.

 
Alors que d’une main, je conduis, de l’autre je joue avec ton clitoris. Ton souffle s’accélère, un de mes doigts s’approche de ta grotte. Lorsqu’il y pénètre, il y découvre la chaleur intérieure de de ton plaisir ainsi que ce doux liquide de bonheur. Je retire mon doigt pour le porter à ma bouche et ainsi goûter ta cyprine, nectars d’amour.
Mon doigt revient rapidement en toi, et commence de doux va et vient. Alors que j’introduis un deuxième doigt, que mon pouce caresse ton bouton, ton souffle s’accélère de plus, ton ventre se contracte. De petits gémissements signent de ta jouissance proche envahissent l’habitacle de notre voiture. Violemment tu serres tes cuisses, emprisonnant mes doigts en toi. Quel bonheur de sentir jouir son être aimé au bout de sa main.

 

Alors que tu relâches ton étreinte, tu prends délicatement ma main et tu portes mes doigts encore humides de ta jouissance à ta bouche. Après avoir nettoyé de ta langue chaque goutte de cyprine, tu décides enfin de venir à moi.

 

Posant ta main sur mon entre jambes, tu sens mon gonflé au maximum que lui permet mon pantalon. Alors que tu défais les boutons de celui-ci, je me contorsionne, relâchant quelque instants l’accélérateur pour te permettre de baisser légèrement mon pantalon. Tu aperçois ma verge soulevant mon boxer. Tu commences à délicatement la frotter à travers le tissu, cette douce caresse ne fait qu’augmenter encore l’afflux sanguin dans mon gland. Tu glisses ta main sous le tissu pour en extraire ma verge au bout rouge et turgescent. Tu mouilles ton pouce et tu caresses de celui-ci le dessus de mon gland. Il est pour moi de plus en plus difficile de conduire avec le traitement que tu me fais subir.

 

Tu penches ta tête vers mon sexe, et ta langue prend le relais de ton pouce. Pas un millimètre de mon gland n’est oublié par le doux contact de ta langue. Ton piercing vient titiller mon extrémité.

 

Ta langue parcourt ma verge pointée de désir.

 

Puis tes lèvres englobent mon sexe et délicatement tu commences à descendre le long de celui-ci. L’entrée dans ta bouche est si chaude et agréable. Pendant que tu me prodigues une dont tu as le secret, ma main droite s’est posée juste au dessus de tes fesses. Mon majeur caressant le sommet de ta raie, et commençant à descendre entre tes fesses. Celui-ci vient jouer avec ton petit trou, tournant autour, le caressant, le pressant comme pour y pénétrer.

 

Enfin, j’aperçois l’entrée d’une aire de repos !

 

Je mets mon clignotant et rentre à vive allure sur la bretelle d’accès. Je laisse rapidement la zone de la station-service éclairée pour me garer un peu plus loin .

 

À peine la voiture arrêtée, je recule mon siège au maximum, je me redresse et descends mon pantalon et boxer à mes pieds. Tu viens immédiatement de placer sur moi, dos à moi. Je saisis tes seins que je caresse à travers le tissu de ton haut tandis que le dessus de ma verge frotte entre tes lèvres tout humides de désir. Les doux mouvements de ton bassin me deviennent insupportables.

 

Vite, laisse-moi venir en toi !

 

Tu te penches en avant tout en saisissant mon sexe de ta main, et tu le présentes à l’entrée de ta grotte. Délicatement tu te rasseoit dessus et je pénètre avec grande facilité. Mon sexe est tellement gonflé de désir qu’il se recourbe légèrement, et je sens les parois de ton vagin réagir à la forme de celui-ci. Tu commences une douce ondulation alors que ma main droite est venue se poser sur ton bouton pour le caresser. Ton mouvement s’accélère alors que mon souffle se fait plus fort dans ton dos. Tu entends mes râle de plaisir, tu vois mes jambes vouloir se tendre. Ma main gauche se crispe sur ton sein tandis que ton clitoris roule sous mes doigts.Tu te penches en avant.

 

Alors que la buée a envahie les vitres de la voiture, je sens ton vagin se contracter sur ma verge. Mon corps est parcouru par une décharge électrique tout en relâchant ma jouissance en toi. Nos râle de plaisir combinés transperce le silence de la nuit. Alors que mon sperme finis de se répandre en toi. Tu viens reposer ton dos contre mon torse alors que je suis toujours en toi. Nos respirations se calent l’une sur l’autre et se calment, mon doigt avec extrême douceur continue de caresser ton petit bouton d’amour. Nous sommes si bien combiné l’un en l’autre.

 

Ce week-end en Sologne se termine vraiment d’une merveilleuse façon.

 

 

 

Laissez un commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.

« »