Aujourd’hui l’air est vraiment étouffant, 34 degrés facilement. Pas de vent et un soleil de plomb. Je meurs d’envie d’aller à la piscine mais je suis seul à la maison. La piscine municipale se trouve à vingt kilomètres et mes parents sont partis en weekend en amoureux ! Ils m’ont laissés à la maison seul avec pour consigne d’aller dormir chez Nathan. Mais pour le moment, il est dans sa famille. Je suis donc coincé chez moi devant la télévision.

 
Vers 13h le téléphone sonne, c’est ma tante, la mère de Noémie. Elle me propose de passer l’après midi chez eux. Il faut dire que cette famille n’est pas la moins riche du monde. Piscine de huit mètres creusée dans le sol, couverte par un toit rétractable. Grande maison avec air conditionné enfin la totale quoi. Dix minutes après son coup de fil, elle vient me chercher, j’ai avec moi mon maillot et tout ce qu’il faut pour me baigner.

 

Arrivé à la maison, ma tante me dit que Noémie et Marielle (c’est ma petite cousine) sont dans la piscine, je n’ai plus qu’à les rejoindre. Je me change d’abord dans la chambre d’ami (ce qui me rappelle quelques souvenirs agréables) et les retrouve au bord de l’eau.

 

Noémie porte un bikini bleu montrant son splendide corps de jeune fille. Sous le fin tissus, on devine ses seins bien fermes. Sa sœur elle ne porte que le bas de son bikini, elle est étendue sur le dos se faisant bronzer sur le bord de l’eau. Ses seins sont plus petits que ceux de sa sœur mais néanmoins très beaux. Elles ont le même corps sublime, la perfection.

 

En me voyant, Marielle se lève, me sourit et sans se presser remet le haut de son maillot. Flûte ! J’aurais bien profité encore un peu de ce spectacle. Je dis bonjour à mes deux cousines et nous commençons à jouer dans l’eau. Après un moment Marielle se lasse de la discussion et entreprend de faire des longueurs. Tout en la regardant nager, nous discutons avec Noémie de tout et de rien. Marielle n’a pas encore le corps d’une femme mais voir ses seins quelques minutes plus tôt m’a vraiment excité.

 

Doucement pendant que nous discutons, Noémie se rapproche de moi. Elle me prend la main, se colle à moi, le tout discrètement pour ne pas éveiller les soupçons de sa sœur. Moi, je balade mes mains sur ses hanches, caressant discrètement ses fesses et passant un doigt sous son maillot. Je pars alors à la recherche de son petit trou. Je glisse un doigt dedans, je la sens frémir. Ses seins se dressent dans son maillot. Je bande comme jamais et je sens alors ses mains s’emparer de ma verge . Tout doit se faire discrètement pour ne pas éveiller les soupçons de Marielle. Cela nous excite encore plus !

 

Nous prenons de plus en plus de risques. Nos maillots ont glissés sur nos genoux, mes doigts pénètrent profondément son vagin et son anus. Parfois, elle pousse de légers cris mais sans attirer l’attention de sa sœur. Elle glisse un doigt dans mon petit trou avec une main et me branle avec l’autre, je deviens fou.

 

Tout à coup ma tante arrive dans le jardin. Rapidement nous remontons nos maillots.

 

– Marielle c est l’heure de ton cours d’équitation.

– J’arrive maman lui répondit elle.

 

Enfin seul pendant minimum trois longues heures. Dès que nous entendons le moteur de la voiture démarrer, nous nous jetons l’un sur l’autre. Et nous nous embrassons à pleine bouche. Pendant ce baiser, je dégrafe le haut de ma cousine et descend son maillot. Elle me retire le miens nous nous retrouvons nu au milieu de l’eau.

 

Mes mains parcourent son corps, je pince ses tétons, caresse ses fesses, explore son anus et son minou. Elle me branle, m’embrasse, enfonce ses doigts dans mon cul. Après quelques instants, elle me propose de monter dans sa chambre.

 

Arriver là bas, elle prend mon à pleine bouche, le suce comme une furie. Moi je la retourne et lui lèche son clitoris, son sexe est trempé de mouille. Parfois je lui enfonce un doigt dans sa chatte puis dans son petit trou.

 

Peu à peu, je comprends qu’elle adore se faire stimuler sa petite grotte. Je saisis alors sur le bureau deux marqueurs indélébiles. J’en donne un à ma partenaire et doucement présente l’autre à son anus, doucement je la pénètre, il rentre tout seul sans forcer. Doucement, j’entame une série de va et vient en augmentant de plus en plus la cadence. Elle prend son marqueur et fait pareil avec moi. Je suis excité comme pas possible. Je la saisis par les hanches et lui enfonce ma queue dans sa chatte mouillée de plaisir. Je la prends en levrette et la lime fort. D’une main, je lui pénètre le marqueur dans son cul, de l’autre je caresse son clitoris.

 

Au bout de vingts secondes, elle jouit puis vingts secondes plus tard jouit encore. Elle se retourne alors et prend ma queue en bouche, me suce et de l’autre main elle entame des vas et vient à l’aide de ce marqueur dans mon anus. C’est trop bon !

 

J’éjacule dans sa bouche et comme à son habitude elle avale tout en continuant de lécher ma queue. Nous nous rhabillons et nous embrassons longuement quand soudain la porte s’ouvre….

 

prochain : partenaire inattendue

 

 

Laissez un commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.

« »