Tout d’abord, ne cherchez pas la 2ème fois, elle n’a pas été rédigé.

 

Samedi soir, exceptionnellement, ma collègue me raccompagne une partie du chemin en voiture. On a été libéré plus tôt du boulot, un bon week-end est en prévision. Revenir en voiture n’était pas prévu, j’appelle mon Chéri et lui demande de me ramener certaines affaires pour la sortie de ce soir. J’ai prévu de mettre une jupe ce que je refuse de porter dans les trains (je me fais trop embêter).

 

Ma collègue me dépose, je monte dans la voiture. Mon Chéri et l’Ami m’y attendaient depuis quelques minutes. La voiture démarre, il est environ 19h15. Nous rentrons à l’appart (je suis une fille donc forcément, j’oublie des trucs) puis partons à la recherche d’un resto. Nous décidons de manger mexicain. Le resto est super, accueil chaleureux, personnel très professionnel, nourriture délicieuse. La soirée se poursuit par un bowling et un billard puis nous rentrons à l’appart. Quelques parties de jeux vidéo s’enchaînent. Nous regardons nos jeux de société (dans la même collection que le poker pour ceux qui connaissent le début de nos aventures). Nous venons de recevoir le Twister, c’est parti.

 

Le jeu n’est resté sérieux que peu de temps. Très vite, les hommes prétextent avoir chaud pour se mettre en boxer (au fait les gars, on aurait pu ouvrir les fenêtres…. Non ?…). Je me mets moi-même à l’aise avec un short court et une brassière. Je sais que je suis regardée et je ne me prive pas moi-même d’avoir l’œil vadrouilleur. Mon Chéri semble ne pas aimer ma brassière puisqu’il me la retire très vite. Le jeu prend une tournure coquine avec des règles bien inventées pour nous mettre dans des positions plus qu’intrigantes. C’est vrai qu’il fait chaud, la fenêtre est désormais entrouverte. Nous stoppons, mine de rien, c’est fatiguant. Passons au mime (jeu pas franchement mature mais on fait ce qu’on peu). L’atmosphère est détendue, nous nous amusons bien puis je demande à stopper. Nous nous allongeons.

 

Le mime s’est passé dans notre chambre donc nous sommes allongés sur le lit. Je profite de la pause pipi et rafraîchissement des garçons pour me mettre à l’aise dans le lit, je quitte mon short dévoilant mon ensemble SG string beige en fleur. A leur retour, mon Chéri le remarque, ils s’installent tout deux à côté de moi. Ils décident s’enlever mon soutien gorge. Mes seins sont déjà gonflés de désir, je les veux. Mon Chéri me demande ouvertement de les masturber. Cgrrr il sait que je suis timide et que ça me gène. J’utilise un mini jeu pour leur donner quelques petites caresses. Mon Chéri me taquine disant que je ne leur fait jamais de massage. C’est faux mais il me cherche. Un regard coquin de ma part et mes mains se faufilent sous la couette. Je les pose délicatement sur ces verges déjà dures et dressées. Je les estime trop serrée, enfermées dans leur tissu. Il est difficile de retirer ces boxers en même temps, je commence par mon Chéri puis l’Ami. Je me rallonge et les rattrape, je les masturbe. Leur gland entre mon pouce et mon index, je le caresse au travers de leur peau, le recouvrant, le découvrant…

 

« Elle a fait un effort, on pourrait peut-être l’aider maintenant ». Ces paroles entreprenantes de l’Ami m’étonnent mais ne me déplaisent pas du tout. Il m’attrape le sein et le masse. Mon Chéri le suit. Une grande inspiration envahit mon corps, Je pince ma lèvre inférieure entre mes dents. Je suis très sensible et savoure chaque caresse que ces hommes m’accordent. Mon Chéri mouille son doigt et caresse mon téton, l’Ami décide de le caresser par sa langue. Peu de temps après, le visage de mon Chéri s’approche. Mes deux seins subissent la même caresse. La même ? Non pas tout à fait, l’un est doux, l’autre est plus fort. Venant de l’un ou de l’autre, c’est fort agréable, comme toujours. Je savoure ces offrandes en fermant les yeux. Ma bouche entrouverte laisse échapper mon souffle plus prononcé. Quelques minutes s’écoulent ainsi puis je désire mon Chéri. Nous avions pas mal parlé de la position de la cuillère. Etant en bonne posture, je décale un peu mes fesses pour les déposer sur le de mon Chéri. Ma main vient chercher sa hampe pour la frotter à l’entrée de mon vagin. La pression un peu plus forte, je le veux en moi mais il m’arrête « Non lui, prend-le ». Dit avec un regard coquin, je ne peux que lui obéir.

 

Mes fesses rebroussent chemin pour frotter l’Ami. Ma main le saisis, il se tourne. D’un coup de rein il me pénètre m’arrachant un souffle. Je ferme les yeux, c’est très bon. Il entame ses va et vient, la sensation augmente devant plus intense, la température de mon corps s’élève. Mes mains descendent le long du corps de mon Chéri pour enfin attraper son sexe. Sa tenue m’indique qu’il est bien fier. Je le branle avec tendresse, doucement d’abord, puis j’augmente la pression entre mon pouce et mon index, pile sur son gland. Je le sens se contracter en me caressant.

 

Très vite j’en veux plus. Alors que l’Ami me fait un bien exquis, mon visage descend pour rejoindre ma main. Ma tête repose sur son ventre, ma langue sort frottant le bout de son gland à chaque mouvement provoqué par la . Mon corps est secoué par les coups de rein, mes lèvres touchent le sexe de mon Chéri, je m’approche un peu en avalant son bout. Ma langue joue avec ce dernier puis je l’avale un peu plus. L’Ami m’attrape le sein, mes doigts se crispent un peu. Ma jambe passe autour de lui, je l’englobe. Je me penche un peu. De cette façon, j’avale mieux mon Chéri et les coups de rein de l’Ami sont plus profonds. Certains se souviendront que j’ai un goût prononcé pour les pénétrations profondes.

 

Cela fait déjà un moment que je gémis. Mon Chéri quant à lui a une respiration qui se saccade, il me fait remonter vers lui « Je vais bientôt jouir ». Je redescends. Une petite maladresse de ma part suivie d’une petite pause pour le décontracter le calme un peu puis je reprends mon activité. Je gémis un peu plus. Mon Chéri n’est pas indifférent, sa respiration est profonde mais saccadée. Je sens que son explosion approche. D’un signe je lui demande de prendre son membre en main. Sous mes yeux, mon Amour qui se masturbe. Je regarde son visage : ses yeux fermé et son souffle profond m’indique qu’il est proche. Ma langue vient alors titiller le bout de son sexe quand soudain sa main appuie sur ma tête. J’ai son gland dans la bouche et je l’agace avec ma langue. Quelques secondes après se répand le fruit de son plaisir. Prenant soin de bien le nettoyer, j’aspire la moindre goutte que je m’empresse de déguster, quel délice, je sais qu’il adore. J’apprécie beaucoup cette sensation d’être dominée.

 

Je remonte vers lui et l’embrasse. Il me demande s’il doit nous laisser. N’osant prendre la décision, je lui laisse le choix. Il semble vouloir partir sans vraiment savoir comment faire pour ne pas gêner. L’Ami a accéléré ses mouvements. Sa main qui pendant un moment a parcouru mon corps est désormais sur ma hanche, j’adore ! Je sens des doigts qui se crispent, un souffle coupé comme un étouffement. Je n’en reviens pas, les coups de rein sont forts, je les sens parfaitement cogner au fond de moi, c’est terriblement bon. J’applique moi-même des mouvements de bassin. Une satisfaction m’envahit au fur et à mesure que sa jouissance explose. Mes gémissements se mêlent aux claquements de corps pour doucement décélérer. Nous restons un moment comme ceci. Je regarde mon Chéri, et lui fait un petit clin d’œil.

 

Contrairement à la première fois, la lumière est restée allumée. Je ne sais pas si ça a beaucoup influencé sur le fait qu’on n’ait encore pas tout osé. Une discussion s’en est suivie et un désir d’entreprendre, d’oser plus en est ressorti.

 

A suivre…

 

 

Laissez un commentaire

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.

« »